Site de rencontre pour herpes

site de rencontre pour herpes

Le site de rencontre pour une personne - 2015/11/13

C'est souvent compliqué, surtout pour nouer une relation amoureuse sur la durée. Un couple de Français installé à Londres a décidé donc de lancer PositivDate pour les gens qui ont des chlamydia, des papillomavirus, la syphilis, de l'herpès génital, le HIV A première vue, PositivDate ressemble à tous ces sites qui se lancent, photos de couples trouvés dans des banques d'images et, une fois la première étape de l'inscription passée, quelques profils peu actifs.

Le site ne se veut pas être seulement un site de rencontres, mais un espace de dialogues et d'informations.

nrj site rencontre rencontre mec

C'est un «lieu de site de rencontre pour herpes à la communauté atteinte d'infections sexuellement transmissibles», est-il expliqué sur la page d'accueil. De plus, elle est réservée jdream rencontre jace personnes atteintes d'une infection puisqu'il faut préciser sa maladie.

PositivDate, dans sa présentation, insiste sur les précautions de confidentialités que doivent prendre les nouveaux adhérents.

sites de rencontres en martinique rencontre de femme russe

En France, il existe déjà des espaces de dialogue en ligne pour les séropositifs, comme par exemple Seronetqui permet des chats et des forums de discussion.

Mais le site est plus orienté vers l'information et les conseils que la recherche de relations amoureuses.

cherche homme medecin celibataire sites de rencontre que choisir

Sophie Fernandez est membre de l'association Aides et coordinatrice du réseau Seronet. Elle est sceptique face à l'initiative de PostiviDate: «C'est étonnant que cela soit payant, de vouloir faire de l'argent autour de personnes atteintes de pathologies.

site de rencontre avec maghrébine cherche femme pour mariage age 50 a blida

Elle regrette, de manière générale, un manque d'information: «C'est un choix individuel. Les personnes séropositives peuvent décider de n'avoir de rapports qu'entre elles, mais, aujourd'hui, quelqu'un sous traitement avec une charge virale indétectable n'est plus contaminant.

Plus sur le sujet